jeudi 24 juillet 2008

9- Assises du développement durable et de l’environnement au Liban

9- Assises du développement durable et de l’environnement au Liban

Le projet consiste à mobiliser tous les partenaires Libanais, pour organiser les assises du développement durable et de la protection de l’environnement au Liban pendant une semaine.
Suite à l'experience partagée avec la Région Rhône-Alpes-DPERC au 5èmes Assises Nationales du Développement Durable, nous allons reproduire ces modèles de reflexion en les adaptant aux réalités Libanaises.

En y invitant, les différents chefs religieux, les autorités de l’état, ministre de l’environnement, les acteurs de l’eau, de l’énergie, du traitement des déchets, le corps scolaire et éducatif, les maires, les forestiers, les agriculteurs, les pécheurs, les entreprises, le mouvement associatif les journalistes et tous les acteurs concernés.


















ici à tyr une réserve nature, et juste derrière les arbres, une décharge d'ordure sur la source d'eau la plus importante de Tyr Ain el Ras? Quelle folie !


Créant ainsi une synergie entre toutes les confessions et municipalités de diverses régions sur un thème qui nous concerne tous, et cimentant un climat de paix durable, En s’inscrivant dans le prolongement de la dynamique régionale et des partages d’expériences autour de démarches résolument innovantes.

En confirmant le niveau d’expertise de l’événement tout en ouvrant largement les débats et les manifestations au public

L’essentiel des messages :

-Le Développement Durable c’est Vous, c’est Nous, c’est Moi (actions et responsabilisation de chacun) ;

- L’homme doit rester au centre du dispositif. On doit pouvoir identifier clairement dans chaque ateliers de réflexion les 4 piliers du Développement Durable, en rééquilibrant si nécessaire les aspects « gouvernance » et « social » puis définir une chartre commune ;






















Voici un paradoxe, les premieres poubelles sont dans une commune pauvre, et les deuxiemes dans une grande commune de plus de 20.000 habitants l'été, avec des expatriés très riches ! Les solutions existent , trouvons les !

-Il y a urgence dans l’action et dans le changement en restant dans une logique positive. Il s’agit de créer un élan, de mettre en place des leviers, de partager les expériences, pourquoi la ville de Zahlé continue à faire marcher efficacement son incinérateur des déchets, alors qu’à Chaqra l’incinérateur est stoppé faute de moyens financiers ;















Ici cet unité de tri et d'incinération des ordures est en arrêt faute de moyens financiers, comment fait Zahlé pour faire fonctionner le sien ? pourquoi ne pas partager les coûts avec les communes avoisinantes

-Les aspects innovants et spécifiques au Liban, où tout est à construire et l’intérêt économique des dispositifs doivent apparaître comme prioritaires pour être effectivement accessibles au plus grand nombre ;

- Au terme de ces assises nous devrions produire un livre blanc avec les résolutions permettant au Liban d’améliorer la qualité de son eau, de sa mer, de son air, et de sa terre, travailler de concert pour faire de ce pays à l’horizon de 2015 le premier pays entièrement écologique.

1 commentaire:

MA Luisa a dit…

Bonjour Ibrahim El Ali,
Felicitation pour votre engagement sur le terrain du Liban et aussi bravo pour l'hommage rendu aux hommes qui risquent leurs peaux pour reparer les "betises" ou cadeaux empoisonnes laisser par des autres hommes, quel gachis!. Marcel Hauert