jeudi 8 janvier 2015

Les activités de Bluegreen Mali

Les Activités de Bluegreen Mali

Construction d'une mosquée et centre culturel.


L'Imam Daouda Diarra du village de Mangorotou ou village des manguiers, à coté de Dioba dans la région de Kati au Mali...Nous l'aidons à finir sa mosquée... Il a connu le résistant érudit et soufi Cheick Hamallah Aidara… qui lui avait donné 300 francs pour construire sa première mosquée faite de paille et de terre ....depuis mon grand frère Assane El Ali a bâti la mosquée du village en dur...


Et nous avons terminé le projet
 en bâtissant la clôture , en repeignant l'ensemble,  et  créer  un espace culturel  dans l'environnement de la mosquée , autant pour le village que pour toute la région...

L'estimation faite par un ingénieur du bâtiment Malien ( membre de Bluegreen Mali ) DESCRIPTIF TECHNIQUE
Le projet de construction de mosquée y compris l’école pour la medersa est bâti sur une surface totale de 1225 m² soient 350m² pour l’aire de la mosquée et 251,16m² et 624 m² de cour.
Les ouvrages seront réalisés en matériaux durables c’est ainsi que les fondations sont du type maçonnerie de briques pleines semelles poteaux, longrines.
L’élévation en briques creuses, chaînage, poutres poteaux.
La couverture en corps creux 15+5 pour dalle de compression.
Les murs seront enduits en mortier de ciment dosé à 300kg/m3 et le sol en béton de forme avec chape incorporée.
Les menuiseries seront du type métallique persienne.
Les constructions vont prévoir l’installation électrique.
Tous les murs recevront 3 couches de peinture FOM et les menuiseries 3 couches de peinture à l’huile.
ESTIMATION
La surface bâtie de la mosquée est de 350m²
Le coût approximatif est de : 31 500 000 F CFA
Les équipements (nattes) coûtent environ :1 250 000 F CFA
La medersa est bâtie sur 251,16m² 
Le coût approximatif est : 22 600 000 F CFA
La clôture est longue de 150 ml 
Le coût approximatif est de 5 000 000 F CFA
ici il ne faut pas compter le coût de l'école  pas encore réalisé...


Dans ce projet nous avons utilisé la main d'oeuvre,  de tout le village. Jusqu'aux adolescents qui nous apportaient l'eau utile à la construction.


Des enfants qui marchent  de cinq à sept  kilomètres  pour aller à l'école , quelque fois plus,   les femmes du village marchaient également  7 kilomètres  pour  aller acheter  du pain,  du sucre,  du thé... l'indispensable du quotidien.  Ici  nous construisons la clôture du centre.


Une question  à  se poser dans ces pays du tiers monde ,  surtout ceux des villages,  ils savent construire des maisons en terre cuite,  aller au pâturage avec le bétail ,  donc  pratique l'élevage,   creusent des puits,  participent totalement à la vie sociale,   sont dans l'agriculture,   fabrique du beurre de karité.... bref  une formation très étendue  que même les enfants européens  ou américains  ne possèdent pas. Mais une fois qu'ils vont en scolarité , il existe  une distorsion entre leur savoir empirique , et le programme  scolaire...  celle ci gagnerait  à se repenser , et profiter de ce vivier... pour apporter une formation plus adaptée...il suffit d'une sécheresse,  pour qu'on voit ces enfants remplir les grandes villes  comme enfants des rues..  Nous sommes au bord du chaos social, alors que ces enfants  portent en eux un véritable trésor d'engagement , d'effort , de discipline et d'envie de participer à la construction de leur avenir et de leur pays.



Infirmerie et Maternité villageois  et inauguration du centre culturel 

Ah  ici au village de Quarra,  un dispensaire   maternité  permettant aux femmes de dix villages de venir  accoucher ici...Malheureusement tout est à refaire ,  Figurez vous que les accouchements se font à  la lampe torche  , parce que les panneaux  photovoltaïques que nous avions installés sont en pannes.. il faut changer les batteries. 
Nous avons besoin d'équiper à nouveau  cette infirmerie... et comptons sur votre soutien  tant en matériel ,  en don financier,  etc..






Construction d'une épicerie  du village.

Nous bâtissons une épicerie qui sera gérée par l'association du village... Dans ce village jusqu'à ce jour les femmes font de 6 à 7 kilomètres par jour pour acheter du sucre, du thé et tout autre produit pour les besoins de tous les jours...
Sur la demande du village nous avons construit cette épicerie, une partie des bénéfices des ventes servira à renforcer d'autres projets dans le village... Puis cet espace servira de point de vente pour les produits locaux aux visiteurs de la mosquée....beurre de karité,
savons, arachide etc....charbon de bois...( je n'aime pas en parler car c'est une catastrophe écologique.... ici au mali l'exploitation de la forêt comme source de revenu..)
Nous fabriquons des petits miracles avec nos moyens et la débrouille, sans oublier que les villageois participent totalement sur la main d'œuvre , le deuxième maçon est du village et travaille gratuitement...etc...) 




La cour de la mosquée  sert également  de centre culturel ,  pour les fêtes ,  ici  lors de l’inauguration de la mosquée. l'Imam âgé  de 110 ans est décédé  quelques temps après l’inauguration  de la mosquée. Nous l'avions accompagné dans la réalisation de son rêve...



Conférence  ,  enfants des rues...  parmi  mes projets , j'aimerai  créer à Bamako  un centre   ''  Restaurant des petits cœurs..." créer un espace , où  ces enfants pourraient venir  tous les midi   déjeuner,   cela permettrait  de les répertorier ,  de les soigner ,  de connaître  leur village d'origine... remonter au village,  identifier les problèmes des familles etc...  



Il y a encore tant à faire.  ici des photos d'enfants des rues ,   et  d'enfants des villages.... ce sont pratiquement les mêmes ,  en travaillant en amont   en travaillant sur des projets dans les villages  nous pourrons  lutter efficacement contre les réfugies climatiques qui vont aller chercher des solutions dans les grandes villes  créant  une anarchie urbaine,  des problèmes de délinquances  une exploitation des enfants des rues par la mendicité, , alors que ces enfants possèdent un trésor d’apprentissage  au sein de leur famille élargie...



Bluegreen Mali est souvent sollicité  dans les conférences internationales   apportant  son expérience  de société civile.


L'eau ..Rien ne peut se faire sans l'eau ,  ici  des projets  de forages de puits... dans des villages au Mali.


Projet  :  valorisation des produits issus  du beurre du karité.


Campagne de sensibilisation pour la déforestation au Mali

Des Milliers de véhicules  transportent  tous les jours  du bois  coupé  depuis  les campagnes, depuis  les forêts et les réserves   pour assurer l'énergie  , le bois de chauffe des grandes villes  et de la capitale Bamako.  ici je lance une alerte véhémente,  si rien n'est fait ,  le Mali connaîtra  une désertification irrémédiable.
Déjà , le bois , et le charbon de bois  constitue un complément de revenus pour les paysans ,  L'Etat  devrait rapidement élaborer un programme national pour promouvoir le gaz  pour préparer le repas familiale,et mettre ne place des licences pour les revendeurs de bois... pour lutter contre cette anarchie et cette folie...IL Y A UNE VÉRITABLE URGENCE.


Ce projet a été élaboré  au Sénégal  ,  les jardins familiaux.


Rien ne pourra se faire sans un projet de reboisement massif  dans le pays.  Déjà  à cause du bois de cuisine  le patrimoine des réserves végétales  à  été sacrifié,  il est urgent d'agir .



Vous vous demandez pourquoi je fais tout ceci...? 
Voici ma récompense....Quel meilleur cadeau...?
A tous ceux qui m'ont aidé à réaliser mes projets .... au Mali
Voici comment les enfants du village de Mangorotou m'ont accueilli....
Quelle joie ? quel meilleur cadeau de Saint valentin...ou des Saints qui vivent 
Dans le cœur de chacun de ces enfants… ?
Merci à tous ceux qui me soutiennent mes projets.. Sous quelque forme que ce soit.... !
Partagez pour faire découvrir le bonheur de ces enfants à qui on donne un peu d'attention....




mercredi 7 janvier 2015

Les activités de Bluegreen France

Les  activités de Bluegreen France

Actions au Niveau des conférences..... 



BLUEGREEN est une organisation à but non-lucratif qui s’assigne comme mission première, la protection de l’environnement, la promotion la biodiversité et de la croissance durable, de la rive sud
méditerranéenne à l’Afrique subsaharienne,
ainsi que dans toutes les régions du monde où des situations de crises et catastrophes écologiques présentent une urgence et sollicitent des réponses rapides, réalistes et durables.
Le champ d’action/d’intervention de la BLUEGREEN
couvre donc, sans discrimination, toutes les zones géographiques frappées par l’insécurité sous toutes ses formes, marquées par un seuil de pollution critique touchant l'air, la faune, la flore maritime, les cours d’eau, les
océans, les forêts et les sols. BLUEGREEN aborde
toutes ces problématiques dans une perspective globale, n’excluant aucun aspect de la sécurité contemporaine.

Conférence 2. 



Pour parvenir à des résultats concluants, l’Ong s’engage à ne jamais séparer les problèmes environnementaux du facteur humain, et se soucie particulièrement du bien-être des populations qu’elle place au centre du développement durable et du défi écologique d’aujourd’hui et de demain. Ses
membres sont conscients que la sécurité humaine est aujourd’hui fortement tributaire de la maîtrise de l’environnement et des énergies renouvelables. 

Conférence Unesco....




A cet effet, et dans la continuité des actions
déjà entreprises par son président Ibrahim El Ali et son ONG libanaise « MAWASSEM KHAIR » ( Bluegreen Liban ) BLUEGREEN compte renforcer ses efforts de reboisement, de traitement des eaux usées, de facilitation de l’accès à l’eau potable et de gestion des déchets, d’autosuffisance alimentaire (par la promotion de l’agriculture biologique et la sauvegarde des plantes) et la protection des espèces menacées, en apportant son assistance aux municipalités et décideurs généralement démunies de moyens et d’expertises, dans la mise en œuvre de ces projets. 

Presse Radio.... 



BLUEGREEN se veut un intermédiaire de choix entre les pouvoirs publics, les organismes internationaux, les centres de recherche scientifiques, les municipalités et les institutions privées, surtout dans les pays pâtissant d’administrations hyper centralisées ou désorganisées.

Reportage et documentaire... 





I. Pôles d’activité et de recherche opérationnelle
BLUEGREEN et ses experts tiennent compte
de réalités géopolitiques et économiques des zones où ils interviennent pour adapter et affûter leur action. BLUEGREEN considère que la préservation de l’environnement passe irrémédiablement par la garantie de la paix et de la sécurité des hommes. En ce sens, elle entend apporter une valeur ajoutée en termes d’expertise et de
capacités opérationnelles, favoriser le dialogue interculturel et le rapprochement des peuples. 
L’instauration d’un climat d’entente et de
compréhension mutuelle entre les peuples et les nations constitue une étape préalable à des partenariats économiques fiables, fondés sur l’énergie et l’écotourisme et la préservation de la biodiversité qui, à leur tour, contribuent à terme à la réduction du réchauffement climatique et favorisent l’essor de la biodiversité.


Télévision,  consultant environnement de développement... 




C’est donc naturellement que les membres
fondateurs de BLUEGREEN ont décidé d’intégrer dans leur activité un centre de recherche opérationnel, catalyseur d’idées sur la sécurité globale, subdivisé en plusieurs pôles de réflexion,afin d’être force de proposition auprès des décideurs, des gouvernements, des organisations régionales et internationales, et des acteurs non-étatiques
actifs dans le domaine de l’environnement et de la sécurité humaine.
Tout en préservant son identité et son caractère politiquement neutre et confessionnellement indépendant, BLUEGREEN compte apporter sa contribution active aux débats internationaux sur la prévention des catastrophes naturelles (réchauffement climatique et dégradation de la
biodiversité) des conflits et du développement durable.




Autour de la dialectique « environnement et conflits », les spécialistes de BLUEGREEN souhaitent apporter une réflexion active et des solutions pour contribuer à la prévention des conflits et à la gestion post-conflits. Les actions de déminage (nettoyage de BASM) au Liban du Sud, entreprises par son antenne libanaise, « Mawassem Khair », en partenariat avec la FINUL
(Force Intérimaire des Nations-Unies au Liban), sont révélatrices de l’importance que son président et ses membres accordent à la sécurité et à la vie des civils.

Sommet international... 




D’autres pôles viennent s’ajouter à la structure
recherche opérationnelle BLUEGREEN :


Environnement et santé  :




Lutte contre la pollution des fleuves et des nappes phréatiques, récupération et destruction des produits toxiques, évaluation des impacts d'activités (économique, conflit, urbanisme) sur la santé des populations et recommandation de solutions


· « Environnement et biodiversité » :




reboisement des forêts, déminage, promotion de la gestion différenciée à l’usage des collectivités et l’intégration de celle-ci dans la stratégie des entreprises, évaluation économique de la biodiversité 
· « Environnement et municipalités » : soutien logistique aux
municipalités, coordination entre les autorités publiques et la société civile pour la plupart des opérations menées, création d’une agence d’information pour assister les municipalités.





Société civile dans les cercles de réflexions. ... 
· « Environnement et énergie » : promotion des énergies 
propres et renouvelables. 




· « Environnement, droits civiques et éducation» : promotion de l’éducation/ formation des femmes et de leur participation active aux projets de BLUEGREEN.
· « Environnement et développement économique» :
développement durable au cœur de la stratégie des gouvernements et des entreprises.




« Environnement et droit international» :
promotion du droit de l'environnement
innovation et développement... 
I. Stratégie et moyens 
La stratégie de la fondation BLUEGREEN, en ce qui concerne l’amélioration des conditions de vie des
populations en harmonie avec leur environnement, s’appuie sur :
· L’élaboration et le lancement de campagnes d’information et de sensibilisation aux questions environnementales (la protection des forêts, la dépollution des cours d’eau et le déminage entre autres).




· La mise en œuvre de projets concrets, à même d’assurer les besoins élémentaires par un accès à l’eau potable et à l’électricité, par l’autosuffisance alimentaire (via la promotion de l’agriculture sèche et biologique, la revivification de la connaissance des plantes et fruits sauvages) et ce, conformément aux principes de respect de l’environnement et de développement durable auxquels souscrit Bluegreen.


Innovation et développement




VIP 1 .... 




BLUEGREEN souhaite saisir l’opportunité qui est offerte à ses membres d’élargir ses activités à l’ensemble du bassin méditerranéen et à l’Afrique subsaharienne, en prenant exemple sur les succès – de modeste dimension certes
-, obtenus au Liban et en au Mali mais porteurs d’un grand espoir et proposant une nouvelle approche de l’action humanitaire, caractérisée par une capacité à
allier efficacité immédiate et pérennité des acquis. Elle mise en priorité sur une communication de proximité, sur l’éducation et la formation, comme plateforme
du changement de comportement des parties prenantes. 


VIP 2.... 




BLUEGREEN s’engage à conserver une approche lucide, réaliste et différenciée,réfutant la croyance répandue et erronée qu’une méthode opérationnelle soit transposable d’un pays à l’autre sous prétexte qu’ils sont limitrophes,
ethniquement et culturellement proches, ont le même niveau de vie et rencontrent des difficultés peu ou prou similaires. 


BLUEGREEN privilégie les solutions induisant rapidement des changements de mentalité auprès des populations-cibles.

Bluegreen et diaspora.




Elle privilégie la transmission des savoirs, l’auto-prise en charge et la conduite de micro-projets, BLUEGREEN
peut légitimement conduire à travers toute l’Afrique des actions au meilleur rapport coût/efficacité.
La participation active et pédagogique des enfants à ces opérations, les projets de formation
des femmes du Liban du Sud sont autant d’exemples d’action humanitaire concrète, simple, n’exigeant que de modestes ressources, et permettant d’obtenir des résultats immédiats (ou à très court terme), des changements
durables (techniques et de mentalité) dans des contextes régionaux pourtant réputés particulièrement instables, fluctuants, donc éminemment imprévisibles.

vendredi 31 octobre 2014

Comment reverdir le Liban ?

Comment reverdir le Liban ?




Structuration de notre projet en  4 actions


1-    Reboisement avec les municipalités sur le bord des routes.






Ce type de reboisement connait le taux de réussite le plus élevé, car les agent de la municipalité veille à arroser les plantes au moins les deux premières années… (sauf en cas de forte sécheresse…) 



Avec mobilisation des boys scouts, des élèves, des ouvriers agricoles pour faciliter le travail et des agents de la municipalité…


2 - Reboisement dans les petites parcelles d’arbres fruitiers, soutien aux familles et densification de l’espace vert dans le domaine privé… Ici le taux de réussite est élevé si l’arbre planté est d’une certaine taille( 1 mètre 50 minimum )….les petits arbres n’ont aucune chance….c’est une question de patience…



Les familles peuvent arroser et s’occuper de la plante si les résultats sont visibles dans les deux années qui suivent…Ici l’objectif est de soutenir les familles défavorisés et en même temps à augmenter leur surface vert dans leur terrain privé.. Traditionnellement toutes les familles font des stocks de provisions pour l’année avec les olives, l’huile d’olive, le blé concassé, le thym et autres



Vous remarquerez que les villages sont plus boisés que les collines arides qui les avoisinent.... il faut aussi travailler sur la densification de l'espace vert dans les espaces privés..


3-Revitaliser et reboiser la montagne et les espaces du domaine public essentiellement avec des espèces de l’écosystème local…Ici le défi ne consiste pas seulement à planter, mais aussi à préserver le travail du pâturage et des chèvres…. Tout un travail de sensibilisation devrait être mené avec ces acteurs …









( Il faut imaginer que ces deux paysages  sont sur la même route...à moins de trois kilomètres l'un de l'autre..)

Les maires que j’ai rencontré me proposent tous de mettre un grillage sur une large partie de terrain reboisé , solution très onéreuse …Je pense utiliser les bandes à rayures d’urgence utilisés par la FINUL pour indiquer qu’un terrain peut être miné… et sensibiliser les éleveurs du village…




( Photo de Ali Badawi )

Concernant le Sud , ce reboisement se fera uniquement avec des agents de la municipalité, la défense civile, ou le corps militaire … ou des opérations avec la Finul….car ces régions de montagnes n’ont pas toutes été déminés…. Pas question d ‘amener des enfants sur ces terrains…

Le défi ici aussi consiste à récupérer le fumier fabriquer à partir des déchets du village et de revitaliser les terres arides des montagnes…
( Ce compost est fabriqué  uniquement avec les déchets des villages.. )

Réutiliser également les récupérations de la matière végétale…Il suffirait d’interdire de brûler dans les villages le bois , les branches des arbres élagués. Etc… et de s’occuper du ramassage.



( Beaucoup  de déchets végétaux qui finiront  par brûler alors qu'ils pourraient servir pour revitaliser les montagnes arides..)

La régénération naturelle est difficile en raison de la destruction des semis, du pâturage. Des programmes de reboisement mono culture, donc les associations en collaboration avec les collectivités locales pourraient entreprendre des campagnes de reboisement massif et continu en récoltant les surplus de glands et en les plantant dans des zones préalablement renforcées par du compost et du couvert végétal naturels.




On pourrait ainsi interdire de brûler du bois dans tous le Liban hors le chauffage pour certaines maisons.


( Cet homme de prés de 80 ans récupérait les branches coupées  pour faire son bois de chauffe d'hiver )

4-Replanter des arbres nobles en montagnes avec la participation de bénévoles
C’est le reboisement de lux, celui qu’on connait avec sortie en car en haute montagne, avec des cèdres … c’est un reboisement très utile pour son aspect sensibilisation et mobilisation….Certaines associations ( ici   avec Jouzzour Lounbnan ) ont un taux de réussite important à cause du suivi…Il faut arroser les deux premières années…



.

Les associations au Liban sont trop focalisées sur la protection de notre cèdre nationale alors qu’il faut travailler sur des éco-systémes, et une action circulaire et multi-niveau. , ici les municipalités pourraient jouer un rôle primordiale en récupérant les bois morts, les débris végétaux et les fragmentant suivant la technique du bois rameaux fragmentés, (BRF ) qui permettrait de revitaliser toutes nos collines en zone aride, puis de récupérer le surplus de glands et des jeunes plants pour les planter ...
d’ailleurs beaucoup de villages du sud commencent à traiter leur déchets domestiques, ce compost serait un excellent engrais naturel pour reverdir toutes nos montagnes désertiques..



 Une cinquième action  pourrait  définie   mais  ne concerne pas  l’objet  de  notre projet ,  c’est la sensibilisation  des pouvoirs publics  ou le lobbying  et  la mobilisation de la société  civile  sur des projets dégradants  la forêt  ou notre biodiversité…


Mais à Quoi bons tous ces efforts, si nous ne maîtrisons pas la gestion des incendies de forêts, une  véritable  calamité,   plus de 3000 hectares de forêts ont  été déjà brûlés en moins de 3 étés. 




Renforçons la défense civile, avec du matériel, des gardes forestiers, interdisons  le charbonnage au Liban et interdisons  toute forme de pique-nique  avec des narguilés dans les forêts.


( Des arbres que  nous avions reboisés  le long des routes détruits par les incendies...)



( Nous  le devons à nos enfants...)

 ( Je rappelle que tous les donateurs peuvent devenir automatiquement  s’ils le désire  membre de notre association Libanaise  et  participer  aux actions sur le terrain… )